Viken Berberian

Né à Beyrouth, de parents arméniens, Viken Berberian a neuf ans lorsque la guerre civile éclate au Liban en 1975. Sa famille émigre alors aux États-Unis et s’installe à Los Angeles, où il grandit avant d’étudier à l’Université Columbia à New York, puis en Europe à la London School of Economics (LSE). D’abord journaliste indépendant, notamment pour le Los Angeles Times, il publie son premier roman (Le Cycliste), traitant du terrorisme, quelques mois après les attentats du 11 septembre. Il travaille pendant un temps dans la finance, avant de s’installer en France, à Marseille, où il écrit Das Kapital, son deuxième roman, qui dénonce ce milieu des hedge funds en racontant l’histoire d’un trader qui tente de changer le cours du monde pour augmenter ses propres gains. Avec sa famille, il vit à Paris et travaille pendant quatre ans dans un cabinet de conseil en services financiers avant de partir s’installer à Erevan, où il se consacre à l’écriture et à des recherches dans la région du Caucase et au Matenadaran, un institut de recherches sur les manuscrits anciens. Sa nouvelle Le Plagiaire (The Plagiarist), dont l’action se déroule à Paris, est publiée dans le dernier numéro (janvier 2013) de la revue Décapage. Ses romans et autres publications non romanesques sont parus dans le New York Times, Le Monde Diplomatique et la revue Inculte.

viken berberian